Assureurs et PME : financer sans doute, protéger sûrement…

Le gouvernement appelle régulièrement les assureurs à la rescousse pour financer les PME. Récemment encore c’est Arnaud Montebourg qui voyait dans les 1.300 milliard de l’assurance vie[1] une source de richesse inutilisée pour financer nos entreprises (plutôt les grandes d’ailleurs, tout obsédé qu’il devait être, ce jour là, par l’affaire Alsthom).

Ce n’est que le dernier exemple de déclarations du même type, et quels que soient les efforts de l’industrie de l’assurance, les hommes politiques changent peu leur discours et reprennent la même antienne.

Car les initiatives des assureurs ne manquent pas dans ce domaine et la dernière d’entre elles, les fonds « Nova » récemment mis en place sont un vrai succès, tant par les fonds mobilisés, par la rapidité de la mise en œuvre que l’adhésion de la profession.

On trouvera un panorama très complet du financement des entreprises par les assureurs dans le 2ème livre blanc sur l’innovation dans l’assurance, qui y consacre un chapitre entier[2]. Ce chapitre contient un recensement complet des nombreuses initiatives prises par les assureurs dans ce domaine.

Mais il est possible que le gouvernement se trompe de débat en matière de relation entre assureurs et PME. Le premier objectif de l’assureur, vie ou non vie, ce n’est pas de financer l’économie, n’en déplaise aux uns et aux autres. Les institutions dont c’est le rôle principal s’appelle des banques, des fonds d’investissement, et quand elles ne le font pas, les assureurs ont bien du mal à le faire à leur place. Parce que les assurances n’ont pas été créées pour financer les entreprises. Si elles le font, et avec succès comme le montrent les exemples du livre blanc, c’est en complément, en annexe à leur activité principale. Et leur activité principale c’est de fournir un environnement sécurisé aux particuliers et aux entreprises.

L’activité industrielle ou de service dans le monde moderne demande de fournir au chef d’entreprise des garanties essentielles.

Couvrir les responsabilités professionnelles, les hommes, les machines, est tout aussi important que de fournir des capitaux. Quel chef d’entreprise français aurait le courage de s’aventurer aux États Unis sans couverture suffisante de responsabilité civile ? Et surtout avec un produit innovant ? Dans les faits l’impossibilité de trouver cette couverture tuera un projet aussi sûrement que l’absence de capitaux. Quel chef d’entreprise retient dans ses comptes les engagements en matière de couverture décès ou santé ? Quel chef d’entreprise prend il le risque d’envoyer des salariés dans le monde entier sans couverture assistance spécifique ? Rarement évoqués ces problèmes pèsent aussi lourd dans le quotidien du chef d’entreprise que la recherche de capitaux. Voire plus car ce sont des risques de tous les jours, alors que la recherche de moyens financiers n’est que ponctuelle (au moins l’espère t on). Rarement évoqués ces services sont rendus à tout instant aux entreprises françaises par les courtiers et assureurs, et ils doivent être encore améliorés.

Ainsi, le débat des rapports entre assureurs et PME ne doit pas être obscurci par celui du financement. Le gouvernement devrait éviter d’en faire un rapport mono dimensionnel. La protection de la PME par l’assureur est, elle aussi, une aide puissante au développement et à l’exportation.

[1] Le 21 mai 2014, lors d’une audition devant la commission des affaires économiques de l’Assemblée nationale

[2] Livre blanc sur l’innovation dans l’assurance septembre 2013 2 le financement des PME par les assureurs coordonné par Michel Dupuydauby.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s